Consignes lors d'une visite en centre hospitalier et en UCDG

Consignes lors d'une visite en centre hospitalier et en UCDG

IMPORTANT
Depuis le 15 octobre, dans toutes nos installations, le passeport vaccinal est requis pour les proches aidants et visiteurs de 13 ans et plus (exceptions prévues).

4 incontournables lors de votre prochaine visite :

  • Lavage des mains (à l’entrée et à la sortie de la chambre et de l’installation et après être allé à la toilette)
  • Étiquette respiratoire (tousser ou éternuer dans le coude, jeter le mouchoir tout de suite après l’avoir utilisé et se laver les mains immédiatement)
  • Distanciation physique (2 mètres)
  • Port des équipements de protection individuel de façon adéquate selon les consignes ci-dessous

Visite d'un proche en centre hospitalier et en UCDG

En raison de l’évolution de la COVID-19 au Québec, la venue de visiteurs et de personnes proches aidantes (PPA) dans les hôpitaux du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec est balisée en fonction des paliers d’alerte de COVID-19.  

Pour connaître le palier d’alerte de la Mauricie et du Centre-du-Québec : Carte des paliers d'alerte de COVID-19 par région

Comment définit-on une « personne proche aidante »?
Une personne proche aidante est considérée comme :

toute personne qui apporte un soutien à un membre de son entourage qui présente une incapacité temporaire ou permanente de nature physique, psychologique, psychosociale ou autre, peu importe leur âge ou leur milieu de vie, avec qui elle partage un lien affectif, familial ou non. Le soutien apporté est continu ou occasionnel, à court ou à long terme et est offert de manière libre, éclairée et révocable, dans le but, notamment, de favoriser le rétablissement de la personne aidée, le maintien et l’amélioration de sa qualité de vie à domicile ou dans d’autres milieux de vie. Il peut prendre diverses formes, par exemple le transport, l’aide aux soins personnels et aux travaux domestiques, le soutien émotionnel ou la coordination des soins et des services.

La famille proche et immédiate doit ainsi tout comme les personnes proches aidantes répondant à la définition avoir accès au centre hospitalier où leur proche est hospitalisé, y compris les jeunes enfants de 0 à 12 ans.

Visiteur : toute personne qui souhaite visiter l’usager, qui n’est pas de la famille proche ou immédiate, et qui n’entre pas dans la définition d’une personne proche aidante. Il peut s’agir d’une personne connue de l’aidé avec laquelle les contacts sont ponctuels et non essentiels à son intégrité physique et psychologique. Il peut également s’agir d’une personne non connue de l’aidé.

Consignes générales

  • Les heures de visite régulières doivent être respectées : tous les jours de 14 h à 20 h 30.
  • Nombre de proches aidants autorisés : un assouplissement pourrait être envisagé pour la clientèle très vulnérable selon le jugement de l’équipe de soins, tout en demeurant sécuritaire. 
  • Aucun visiteur ayant reçu un diagnostic de COVID-19 confirmé, en investigation ou symptomatique avec de la fièvre OU de la toux OU des difficultés respiratoires OU la perte d’odorat OU de goût n’est autorisé.
  • Les consignes entourant les visites s’appliquent aussi dans les unités de courte durée gériatrique (UCDG), qu’elles soient situées ou non à l’intérieur d’un centre hospitalier.
  • La communication virtuelle avec l’usager est toujours encouragée.
  • Les équipements de protection individuelle (ex. : masques, lunette de protection, etc.) seront fournis sur place et les explications vous seront données par le personnel.
  • Les visiteurs et proches aidants doivent prévoir quelques minutes à leur arrivée pour les mesures de prévention et contrôle des infections. Ils doivent prendre connaissance des directives entourant les visites et remplir le FOR_Formulaire d’engagement et de déclaration des symptômes COVID-19 pour les visites sur les unités de soins en centre hospitalier/ . De plus, depuis le 15 octobre, le passeport vaccinal est requis pour certaines personnes.
  • Ces directives peuvent être ajustées pour des raisons humanitaires, par exemple si un patient est en fin de vie ou s’il s’agit d’une urgence.
  • Advenant une éclosion ou un fort achalandage, ces consignes pourraient être modifiées.