Paramédecine de régulation : un projet provincial pour une meilleure utilisation des ressources ambulancières

29 janvier 2024 | Le CIUSSS

Mauricie-et-Centre-du-Québec, le 29 janvier 2024 – Un nouveau projet provincial concernant la desserte ambulancière sera déployé dès aujourd’hui en Mauricie et au Centre-du-Québec. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) et le Centre de communication santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CCSMCQ) collaboreront au déploiement de la paramédecine de régulation, qui vise à mieux soutenir les personnes faisant appel à un transport ambulancier pour des motifs non urgents.

Au cours de la dernière année, dans la région, près de 20 % des appels pour un transport ambulancier étaient pour un motif non urgent. « Avec la croissance démographique des personnes âgées de 65 ans et plus dans les prochaines années, une hausse des demandes d’interventions préhospitalières est prévue partout au Québec. On se doit de trouver des solutions efficientes pour prendre soin de la population », mentionne le Dr Gabriel Des Rosiers, directeur médical régional adjoint des services préhospitaliers d’urgence. La paramédecine de régulation s’inscrit dans une série d’actions afin de mieux répondre aux besoins grandissants de soins et services de la population. Le projet débutera aujourd’hui à Trois-Rivières, où le volume de transport par ambulance est le plus important, puis dans les différents territoires de la région au cours des prochaines semaines.

Une équipe dédiée au Guichet d’accès à la première ligne

Le premier changement mis en place avec la paramédecine de régulation concerne la façon de trier les demandes téléphoniques. Lors d’un appel au 911, le Centre de communication santé priorise les appels pour un transport ambulancier afin de déterminer le niveau d’urgence. Plutôt que de placer directement une demande de transport, les appels priorisés non urgents seront transférés à l’équipe de la paramédecine de régulation, rattachée au Guichet d’accès à la première ligne. Une infirmière de la paramédecine contactera l’usager, fera une évaluation approfondie de sa situation, l’orientera vers le bon professionnel au besoin (pharmacien, soutien à domicile, rendez-vous médical en clinique, etc.) et le soutiendra dans sa prise de rendez-vous si requis. « Une infirmière peut ainsi directement aider la personne en évaluant sa problématique et l’intervention appropriée, incluant si l’ambulance ou un moyen de transport alternatif est requis », mentionne Mme Marie Lamothe, directrice adjointe de l’accessibilité à la première ligne et des programmes GMF et maladies chroniques du CIUSSS MCQ.

En complémentarité avec le projet pilote de soutien ambulancier en milieu de vie qui est en place depuis novembre à Trois-Rivières, la paramédecine de régulation agit quant à elle en amont lors d’appels non urgents. Le projet se poursuivra afin de mettre davantage à profit l’expertise à la fois des infirmières et des paramédics.

« Ce projet aura des retombées importantes, tant pour la population que pour le réseau de la santé et des services sociaux. Il permettra d’abord de s’assurer que la population reçoit des soins et services adaptés à ses besoins », complète Mme Lamothe. Il assurera également une utilisation judicieuse des ressources ambulancières tout en contribuant à éviter les périodes de pointe dans les salles d’urgence.

Pour information : 
Service des relations de presse 
CIUSSS MCQ 
1 888 862-4382 
medias.ciusssmcq@ssss.gouv.qc.ca 
www.ciusssmcq.ca 

Dernières actualités